• Comment réaliser le transfert d'un film super 8 en numérique

     

    Super 8Les congés sont finis et vous êtes de retour au domicile en ramenant les 8mm de votre père. Vous affectionneriez de pouvoir les voir, mais malheureusement le projecteur qui était dans la caisse à coté des bobines ne marche pas et vous ne savez pas comment le faire réparer.

    Faites accomplir un transfert super 8 sur dvd. D’excellents professionnels sont spécialisés dans le domaine du transfert super 8 sur dvd.

    D’abord bien préparer les super 8

    Avant le transfert, le super 8 sera toiletté, puis contrôlé et réajusté. Si une amorce est mauvaise, trop courte ou inexistante, elle est échangée ou allongée. Indispensable pour exécuter la numérisation des premières images du film, l’amorce doit être conforme.

    La numérisation du super 8

     La numérisation vient après la préparation. Il s’agit de numériser chaque image de la pellicule sur le capteur digital d’une caméra pour effectuer une numérisation de film. Une surveillance soutenue est exigée durant la digitalisation. Un raccord peut se décoller, la bobine pourrait s’emmêler inopinément et il est alors primordial d'interrompre promptement la suite de la digitalisation.

    Il est ainsi primordial de vérifier en permanence le bon déroulement des travaux afin de pouvoir intervenir rapidement en cas d'aléa. Pendant la numérisation de la pellicule, seul le diaphragme fait l’objet d’un contrôle.

    En effet, les scènes sous exposées doivent faire l’objet d'un autre ajustement du diaphragme pour recouvrer toutes les informations sur l’image. Si l’on ne fait pas ces réglages, la numérisation du film ne pourra pas fixer tous les détails sur les passages sous-exposés. Après la numérisation vient une première rectification des couleurs et du contraste.

    Certains cinéastes amateurs distraits omettaient d'ôter le filtre pour éclairage artificiel en tournant à l’extérieur, la dominante bleue qui en découle est corrigée grâce aux ajustements sur la balance des couleurs.

    Des codecs intermédiaires sont employés par la suite après ces 1ier réglages, il s’agit du DVC HDPRO pour une digitalisation en 720P, ou du DVC PRO pour une conversion en SD. Ces codecs à hauts débits sont dénommés aussi « lossless » (sans perte), ils permettent la préservation de l’ensemble des informations sur chaque photogramme.

    Des corrections de second niveau plus fines

    Les corrections sommaires ayant été effectuées au cours de la digitalisation du film, la postproduction permet une correction plus précise. Il s’agit ici d’affiner les réglages avec des dispositifs plus précis et aisés d’utilisation. On réalise des corrections sur les noirs, sur l'équilibre des couleurs, le contraste, le gamma etc.

    Seuls les filtres utiles sont employés, en vue de minimiser les temps de calculs informatiques. Une image parfaite ne nécessite pas de réglage, en dehors de ce qui sera nécessaire pour compenser l’âge du film.


  • Commentaires

    1
    Mardi 14 Mars à 22:19
    Hello! I'm at work surfing around your blog from my new iphone!
    Just wanted to say I love reading through your blog and look forward to all
    your posts! Carry on the great work!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :